Tuesday, May 05, 2009

A Way in Which I Will Never be French

So I'm 22, going on 23. I graduated one year ago, after a normal time period of four years at college. Then, it was time for me to go out into the world and make something of myself.

And no one, (almost) no one in France understands what the hell I am doing.

"What university are you in?" a teacher at school asked me the other day. I quickly realized she had just assumed I was enrolled in a French university. "Did I tell you I was taking classes here?" I asked her. "No, I just thought you were."

I introduced myself to the secretary at my new office. "I'll be working here a couple days a week," I said. "Oh, you're an intern?" "No. I'll be WORKING here a couple days each week."

And on and on. I am constantly being asked these questions. How is it possible that I have already finished school? Am I sure I finished school? So I'm doing a teaching internship? Does my job pay me? How old am I again? Wait, I work to make my own money? Huh?

I will make a broad sweeping generalization here, and say that French people stay in college until they are about 25-27 years old, then live off their parents at least as long. So it's natural for them to assume everyone else in the world does, too. I try really hard to understand this culture, I really do. But I am contantly annoyed that the French are tagging me as something I'm not, then giving me the impression that they think I am worth less than I really am.

Why does a 22-year-old have to be in school? Is she not allowed to work alongside her superiors? Will going to school for three more years give her that right? Is she is not capable of working to support herself?

Well I am capable, France. And so are plenty of my American friends. I'm not the only one. I came to your country to understand your culture. Now open your ears and listen to mine. I am not a student. I am not an intern. Mom and dad do not pay my rent and feed me. I am a 22-year-old adult. Can you handle that?

Sadly, I think the answer is no. So I'll just keep getting annoyed by this. The question will come again in the next couple of days. So what university do you go to? grrrrr stop asking me!

9 comments:

LaurenW said...

well i think you are successful and capable :) miss you a lot

Pierre5co said...

Comme mon anglais est déplorable, je commente ton article en français. Si tu le veux tu pourras le traduire.

Je vais tenter d'expliquer le comportement de ces "maudits français", non pour prendre leur défense, mais plutôt pour adoucir ton enfer ;-).

Si j'ai bien compris, tu es très affectée parce que l'on ne te considère pas comme une adulte capable de prendre sa vie en main, et que l'on te renvoie à un statut d'étudiant.

Je crois que toutes ces personnes qui t'interrogent, ne mettent pas en doute tes capacités (quoique), mais que leur façon de voir les choses est influencée par la manière d'accéder au monde du travail en France.

Je vais tenter de m'expliquer.
En France, on a la "culture" du diplôme. On ne peut pas accéder à un travail sans avoir un diplôme reconnu. Quand on cherche du travail, sur son CV, on doit notifier ses diplômes et l'entreprise peut vérifier si tu les as bien obtenus.
En France on peut trouver des personnes bardées de diplômes mais complètement incompétentes dans leur travail!
De plus, depuis quelques dizaines d'années les gouvernements successifs ont encouragé, les jeunes à poursuivre le plus longtemps possible leurs études.

C'est pour cela que les premières questions que l'on te pose portent sur ton parcours universitaire, non pas parce que tu n'es pas capable d'avoir un travail, mais parce que, en France, s'est très valorisant de poursuivre ses études, même si, au bout du compte, tu n'as pas de travail, parce que les entreprises n'aiment pas embaucher les jeunes sans expérience!!

Pour obtenir cette expérience et pourvoir ensuite accéder à un emploi stable, les jeunes doivent passer par l'épreuve du stage. Donc, en suivant le "modèle" français, comme tu es jeune, étrangère et que tu n'as pas l'air d'une idiote tu es soit à l'université soit en stage. C'est presque une marque de reconnaissance des capacités!

Bon, j'ai dû être contaminer, parce que je suis toujours épaté par le côté "pionnier" des nord-américains: les distances ne sont pas des obstacles, les "new frontier", les "challenge", les nouveaux horizons, être capable exercer plusieurs métiers et je dois en oublier.

Pour terminer, comme je suis né en Algérie et que je me sens un peu étranger, je suis d'accord avec toi, moi aussi je pense que je ne deviendrai pas "français" à cent pour cent pour ne pas avoir cette façon de penser.

Pierre

betsyboo said...

Merci pour ta réponse Pierre! J’ai reflechit un petit peu… je savais déjà que le système français est différent de le mien. Est-ce que c’est une raison pour être innervé ? En fait, ce n’est pas les différences que je trouve choquantes. C’est une attitude, que les Français pensent tout de suite que je rentre dans leur modèle. Ils savent que je suis étrangère, mais ils ne pensent jamais que c’est possible avoir une autre méthode, peut-être étranger comme moi, pour apprendre et travailler.

Maintenant que j’ai dit ça, je vois que ce n’est pas vraiment juste. Je veux bien dire que tous les Américains ont l’esprit ouvert, que chez moi, personne juge les étrangers par nos propres règles. Mais ce n’est pas de tout vrai. On le fait également ! Ce n’est pas que les Français qui utilisent leur propre culture comme un exemple quand ils regardent les autres cultures.

J’espère que les Français peuvent comprendre que ce n’est pas toujours nécessaire d’avoir un diplôme, de passer 10 ans des études, d’avoir un stage avant travailler. Mais ça marche comme ça ici. Alors ils pensent à ce système en premier. Peut-être ça m’innerve juste parce que il faut corriger les idées fausses tout le temps.

(Maintenant tu peux corriger mon français. S’il y a moins que cinq fautes, je serai contente !)

Kathy said...

Betsy,

Was just catching up on your blog this afternoon, on a break from grading exams. First, I had no difficulty to read or understand your response to Pierre! Good job!

Kathy Kolnick

Kathy said...

Guess I forgot to write the second point!

Another time!

Kathy

Bradley Heinz said...

I would enjoy staying in school until age 27 if it were nearly free for us, too. Take the fact that they are so astounded at your station in life as a compliment. You defy their expectations.

Darla said...

Hey Betsy! Random, but I just stumbled across your blog and this post. I think people have that mentality in the U.S., too, at least a bit. I'm working my first "real" job in Florida. My coworkers have mostly realized that I've been around too long to just be an intern (although many of them have kids my age). Everyone else asks me all the time where I go to school, or they assume I have family down here for holidays, etc. And then no one understands how I could live so far from my family. Hello! Independent woman! Anyhow, glad you're doing great in France :).

Darla said...

That was Darla Cameron, btw... in case you know any other Darlas. I don't :).

betsyboo said...

Don't worry, you're the only Darla I know! :-) Thanks for reading and commenting. It's an interesting point you made. Because I'm constantly looking at France through these American googles and saying to myself "okay we tooootally don't do this like that in the states." But the fact of the matter is, well, yeah, sometimes we do.